Un établissement catholique c'est quoi?

          Faire le choix d'inscrire son enfant dans un établissement catholique n'est pas une démarche dénuée de sens. Elle engage.

          Un établissement catholique repose sur 3 piliers, les 3 "E": Évangéliser, Éduquer, Enseigner. L'ordre de ces 3 piliers n'est pas anodin: commencer par "Évangéliser" c'est dire comment on "Éduque" et donne l'éclairage sur la façon "d'Enseigner".

          Évangéliser. Cela veut dire proposer l'Evangile à tous. L'Evangile comme texte religieux et comme texte fondateur de la civilisation chrétienne dont nous sommes issus. Nous sommes des passeurs. Nous nous devons de transmettre cet héritage qui ne nous appartient pas et que nous proposons aux jeunes générations pour qu'à leur tour ils le diffusent. Évangéliser ne veut pas dire convertir. Nous avons à coeur de garantir la liberté totale des consciences des parents et des enfants. Évangéliser cela veut dire connaître ses racines pour mieux se comprendre et pouvoir vivre ensemble. Transmettre cet héritage n'est pas facultatif aujourd'hui. C'est même à mon sens une nécessité pour garantir la Paix. Cela se vit au quotidien dans la classe ou dans les moments hors classe, par une parole bienveillante, un encouragement, par une évaluation positive, une sanction qui fait grandir, par la prise en compte de la différenciation des élèves à profils particuliers... Cela se vit aussi de manière plus spécifique dans les temps de "culture chrétienne" où l'on va expliquer pourquoi les chrétiens vivent par exemple le temps de l'Avent ou du Carême. Cela se vit enfin par des temps plus solennels de célébration où toute l'école est réunie autour d'une fête chrétienne.

          Éduquer. Éduquer aux valeurs chrétiennes. Elles sont universelles. Celles de la République sont issues de celles de l'Evangile. Nous sommes bien ancrés dans les directives institutionnelles et dans la réalité du tissu social actuel. Éduquer dans la cohérence. La structure de nos établissements le permet puisque le chef d'établissement est le supérieur hiérarchique des enseignants et du personnel. Tout le monde vit donc du projet éducatif élaboré en commun. Un élève vit donc les mêmes principes éducatifs en classe, à la cantine, en étude ou en garderie. Même si nous ne sommes pas meilleurs que les autres et sommes autant faillibles, nous avons le désir de faire vivre ce projet, et notre force est de savoir reconnaître nos erreurs pour avancer plus loin. Éduquer aussi dans la cohérence avec les parents, premiers éducateurs de leurs enfants. Cela veut dire que lorsqu'il y a un problème à résoudre, on doit pouvoir se réunir tous pour trouver un plan d'action commun dans lequel chacun s'engage. Tout cela fait grandir l'élève en humanité mais aussi toute la communauté éducative.

          Enseigner. Même si c'est le propre d'une école que d'enseigner, je place ce "E" en 3ème position. Car dans un établissement catholique, on enseigne à la lumière de l'Evangile. Qu'est-ce que cela veut dire? Un enseignant faisant son cours, s'aperçoit que quelques élèves ont décroché. Il peut se souvenir alors de la parabole de la brebis perdue: ce pasteur de cent brebis, qui, à l'étape, s'aperçoit qu'il lui en manque une. Il laisse le troupeau pour s'occuper de la brebis égarée. Ou encore la parabole des talents, où des élèves ont reçu 10 talents, d'autres 5 ou encore 1. L'enseignant, l'éducateur ne va pas être exigent de la même manière pour ces différents élèves. L'Evangile nous en montre l'exemple. Mais celui qui n'a reçu qu'un talent ne doit pas l'enfouir. A l'enseignant et l'éducateur de l'aider. De l'aider aussi à s'apercevoir qu'il a souvent d'autres talents! Enseigner à la lumière de l'Evangile c'est encore donner à la transmission du savoir la saveur de la Culture, le goût du travail bien fait, patiemment construit, l'exigence d'aller encore plus loin. C'est arroser le terreau des jeunes intelligences de ce qui a fait la grandeur de notre civilisation. C'est planter dans les jeunes coeurs le goût des belles choses, comme le jardinier, car c'est notre métier. Planter, accompagner, tutorer, et puis transmettre au collège quand le jeune plant a suffisamment reçu du "vieux" tronc!

          C'est cela une école catholique. L'enfant qui nous arrive n'est pas un dossier supplémentaire sur un bureau administratif ou une copie de plus à corriger, mais véritablement une personne à part entière, avec son histoire. C'est une grande famille qui vit à l'unisson de son projet éducatif et dont le travail des uns fait grandir les autres et réciproquement.

                                                                                                                                                                        Yves Ardisson

Chef d'établissement

 

L'école

     La communauté éducative de l’école Saint Pierre du Rondeau a pour mission d’éduquer les élèves qui lui sont confiés avec le souci d’entourer et de respecter chacun, sur les plans matériel, scolaire, affectif et spirituel.

     Un établissement de l'enseignement catholique a ceci de particulier, que son projet éducatif possède une dimension pastorale. Dimension première et transverse. C'est à dire que les valeurs qu'il propose sont tirées de l'évangile. Cette dimension pastorale du projet éducatif est à différencier des activités pastorales à proprement parler qui sont, elles, la concrétisation de la dimension pastorale.

     Cette responsabilité pastorale est conférée au chef d’établissement par une lettre de mission de la Tutelle (l'évêque, qui donne délégation au directeur diocésain). Dans le respect de la liberté des consciences, le chef d'établissement favorise l’ouverture à la dimension spirituelle des membres de la communauté éducative.

 

     Il s’appuie, dans cette école, sur une équipe dans laquelle les parents jouent un rôle important.

Que propose-t-on? La dimension religieuse de la culture pour tous, et un parcours de foi pour ceux qui le demandent.

L’école Saint Pierre du Rondeau doit permettre aux enfants de découvrir la relation vivante entre culture et foi.

 

+ Afficher / masquer la suite de cette publication ...

«